Le passage à la puce ARM du Mac d’Apple, dont on parle depuis longtemps, pourrait avoir lieu dès l’année prochaine, selon un nouveau rapport de Bloomberg.

Le rapport indique qu’Apple travaille actuellement sur trois processeurs Mac basés sur la conception du système sur puce A14 gravé en 5 nm qui alimentera l’iPhone de prochaine génération. La première des versions Mac dépassera largement la vitesse des processeurs de l’iPhone et de l’iPad, selon les sources du rapport.

Déjà, la gamme de puces ARM d’Apple pour les iPhones et les iPads s’améliore constamment, au point que leurs performances dans les tests de référence dépassent régulièrement celles des processeurs Intel utilisés actuellement dans la gamme Mac d’Apple. En conséquence, et parce que le développement des puces d’Intel a connu quelques revers et ralentissements au cours des dernières générations, les rumeurs selon lesquelles Apple utiliserait ses propres puces ARM se sont multipliées ces dernières années.

Selon Bloomberg, « au moins un Mac » équipé de la puce d’Apple est en cours de préparation pour une sortie en 2021. Il sera construit par le fabricant de puces et partenaire de longue date d’Apple, Taiwan Semiconductor Manufacturing Co. (TSMC), un partenaire de longue date. La première de ces puces qui équipera les Macs aura au moins 12 cœurs, dont huit conçus pour des applications à haute performance, et quatre conçus pour des activités de moindre intensité avec des caractéristiques d’efficacité énergétique préservant la batterie. Les conceptions actuelles d’Intel qu’Apple utilise dans des appareils tels que le MacBook Air ont quatre ou même deux cœurs, en comparaison.

Dans un premier temps, le rapport affirme qu’Apple se concentrera sur l’utilisation des puces pour alimenter un nouveau modèle de Mac, laissant les processeurs Intel dans ses Macs haut de gamme de niveau professionnel, car les modèles basés sur l’ARM, bien que plus performants sur certains points, ne peuvent pas encore égaler les performances haut de gamme de la technologie des puces Intel. Les puces ARM offrent généralement un meilleur rendement énergétique au détriment de la puissance de calcul brute, ce qui explique leur utilisation si fréquente dans les appareils mobiles.

Les premiers Mac à base d’ARM fonctionneront encore sous MacOS, selon les sources de Bloomberg, et Apple cherchera à les rendre compatibles avec les logiciels qui fonctionnent également sur les Mac actuels à base d’Intel. Il s’agirait d’un effort similaire à celui qu’a fait Apple en passant des processeurs PowerPC aux puces Intel pour sa gamme de Mac en 2006, de sorte que la société a une certaine expérience en la matière. Au cours de cette transition, Apple a d’abord annoncé que le passage aurait lieu entre 2006 et 2007, mais a accéléré ses plans de sorte que tous les nouveaux Macs expédiés avant la fin 2006 soient équipés de processeurs Intel.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici